Association Laboitazik

La Fée aux larmes roses

  • l'Histoire

    Depuis quelques temps, les gens de la cité sont tristes, comme si un gros nuage noir avait pris ses quartiers au-dessus de leurs têtes. A cela une bonne raison : La Marne a été ensorcelée. En vérité, jamais les canards n’ont été aussi boiteux, jamais les saules n’ont autant pleuré… Les eaux de la rivière sont devenues grises et sales. On a fait venir des spécialistes de partout, des magiciens, des doctes savants, des guérisseurs, mais aucun n’a été capable de conjurer le sort. Tous des charlatans ! Quatre valeureux amis décident alors d’organiser une expédition jusqu’à la source de la rivière pour voir ce qu’il en est. C’est ainsi que cette équipe aux diverses compétences entame un voyage épuisant, mais fort instructif qui les conduira jusqu’à la source de la Marne. Ils découvriront alors dans une grotte la fameuse « fée aux larmes roses » qui est la fée de la source. Hélas, la cruelle Pollutia, une affreuse sorcière, lui a jeté un sort, et la malheureuse ne pleure plus que des larmes noires. Après quelques déboires, nos amis vont réussir à charmer à son tour la sorcière en lui faisant avaler de la soupe aux rires. Cette soupe la condamnera au rire éternel et ses mauvais sorts seront ainsi tous annulés. Grâce à eux, la vie, à travers la rivière, pourra enfin reprendre ses droits : Les larmes redeviendront rivière, et la rivière ira à l’océan.

  • Note des auteurs

    La  Fée aux larmes roses  est le 2ème volet des « Contes de la Marne ». Nous avons écrit ces contes musicaux au gré des circonvolutions de la Marne, du nom des lieux, de leurs résonances, pour faire de cette géographie, qui est l’environnement propre aux enfants vivant aux abords de la rivière, un nouvel univers complètement décalé et imaginaire. Nous avons pour cela détourné des noms de lieux. Nous ne sous sommes pas privés non plus pour détourner les mots… Il ne nous restait plus qu’à détourner la rivière. Ainsi sont nés les « Contes de la Marne ». La Fée aux larmes roses est la quête de la source, au sens propre comme au sens figuré puisque nous parlons de la rivière. Retourner à l’origine des choses pour tenter d’en retrouver la pureté originelle. La rivière est malade (polluée), il faut la guérir, telle est la mission. Si possible, réparer ses souillures, panser ses blessures, enfin, rendre à la rivière sa beauté sauvage et originelle. Nos héros vont donc avoir à cœur de tenter de conjurer le sortilège… jeté par la méchante sorcière : Pollutia ! Notre souhait à travers cette œuvre est de démontrer que cette fameuse  Pollutia  peut être aussi cachée au fond de chacun de nous. Donc faire comprendre que la vigilance doit s’appliquer à tout le monde. L’eau, c’est la vie (comme le sont aussi l’air, la terre…). Il convient de contribuer à préserver leur pureté et de les protéger contre les agressions humaines. Si toutes les chansons restent accessibles aux enfants les plus jeunes, elles sont suffisamment riches pour ne pas déplaire à leurs aînés, ni à leurs parents. Nous en avons ainsi eu de nombreux et chaleureux échos concernant le CD de « La fée aux larmes roses », distribué à Noël 2007 à tous les enfants des maternelles de la ville de Saint-Maur. 5 comédiens, chanteurs, danseurs, instrumentistes (clavier, batterie, violoncelle, percussions, guitare, trombone, trompette…) viendront représenter les différents personnages sur scène, tout en servant la partition qui sera entièrement reproduite sur le plateau (pas de bande orchestre). A travers la Fée aux larmes roses, nous avons tenté d’envoyer une bouteille… à la rivière. Sauf que celle-là ne pollue pas ! Juste un message, sans sermon ni morale, transmis à travers un récit peint aux couleurs de l’imaginaire. Une façon pour les enfants de se réapproprier la rivière, et d’une façon générale, leur environnement naturel. Une façon aussi pour eux de chanter, de rêver et de rire sur un conte musical plein de gaîté et de poésie…

  • Intention de Mise en scène

    « Miroir moins que frisson… à la fois pause et caresse, passage d’un archet liquide sur un concert de mousse… tout ce que le cœur désire peut toujours se réduire à la figure de l’eau. »
    Paul Claudel

    Quelques bassines et bidons propices à la percussion… Un très long tissu symbolisant la rivière…. Voilà l’univers dans lequel vont s’ébrouer nos cinq artistes polyvalents pour nous entraîner dans cette odyssée burlesque et musicale. Conte actif et interactif, ce spectacle a pour enjeu d’amener les enfants et leurs parents à partager une réflexion riche d’enseignement sur la protection de la planète. Inventer sur le plateau une poétique qui convoque l’imaginaire des spectateurs et le sollicite en leur donnant la liberté de fabriquer leur propre interprétation, c’est le pari que nous faisons. Ainsi à travers la manipulation d’objets et de matériaux du quotidien mais détournés de leur fonction initiale (par exemple une grande bassine devenant bateau de fortune) nous allons jouer à déjouer l’énigme de cette source qui pleure des larmes noires. Enfin sans oublier que le savoir doit être gai, c’est en chantant et par le rire que nos acteurs-clowns-musiciens, tenant le flot de la rivière comme un violon, nous diront que nous avons tous en nous quelque chose de POLLUTIA.
    Pierre Barayre

  • 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © 2018 LaBoitAZik